Cottman 4 : éléments concernant la géographie physique de la planète

Publié le par Ténébreuse - MZB

Le texte qui suit reprend quelques éléments du climat et du relief de Ténébreuse frappant particulièrement les terriens à leur arrivée sur la planète. C’est ici le point de vue des terriens, habitués à des standards climatiques plus cléments, qui est exposé, alors que des locaux vont considérer par définition un tel climat tout à fait « normal ». Un froid difficile à supporter pour un terrien est un temps « à sortir en bras de chemise » pour Lew Alton (L’exil de Sharra). La vision présentée ici sera amenée à être complétée par des éléments plus spécifiques, vus du côté ténébran.

 

 

Il y fait froid comme dans l’enfer de Dante.

[John Haldane, technicien à bord du vaisseau de redécouverte.]

 

 

Nommée Ténébreuse par les autochtones, Cottman 4 est – comme son nom l’indique - la quatrième planète, sur sept, orbitant autour de l’étoile de Cottman. Située en marge de la galaxie, elle constitue pourtant un nœud important du réseau de transports interspatiaux de la fédération. Planète légèrement plus grosse que la Terre, Cottman 4 est cependant dotée d’une masse inférieure, avec pour conséquence une pesanteur légèrement inférieure à celle de la planète bleue. La journée « ténébrane » dure 28 heures.

 

Cottman 4 est éclairée par un soleil d’un rouge sanglant, avec pour conséquence une luminosité faible selon les standards terriens, même en plein jour. La planète possède quatre lunes – un fait assez exceptionnel – de quatre couleurs différentes : blanche (la plus petite), bleue tirant sur le vert, vert à mauve suivant les périodes, et enfin d’un violet pur pour la plus grande des quatre.

 

La planète possède un relief remarquable, souvent très marqué et contrasté. Seule une partie réduite de se surface peut être considérée comme habitable, et encore est-elle parfois très accidentée. Cottman 4 est parcourue de plusieurs chaînes de montagnes. La plus importante d’entre elles, nommée chaîne des Hellers, fait office de véritable troisième pôle. Certains sommets peuvent monter jusqu'à plus de  10 000 mètres d’altitude. La plus haute chaîne observée, connue sous le nom des « montagnes du bord du monde », sépare les parties habitées de l’immense glacier qui recouvre une partie importante de Cottman 4. On peut noter que le taux d’oxygène moyen de l’air est plus élevé que sur Terre, ce qui permet de voyager à de plus hautes altitudes sans assistance respiratoire. De plus, la végétation, adaptée au milieu, est présente à de bien plus hautes altitudes. Cottman 4 possède une unique mer, qui ne recouvre qu’une proportion faible de la surface. Il s’agit d’une planète ancienne qui ne comporte pas à ce jour de volcans en activité connus.

 

Le climat général de la planète est extrêmement froid. Il est de plus marqué par des vents pouvant être forts, des écarts extrêmes de température entre le jour et la nuit, une couverture nuageuse importante ainsi que de violents changements de temps sur une période pouvant être très courte. L’inclination forte de la planète sur son axe pourrait expliquer ces spécificités.

 

 

 

Cette planète ne peut permettre la moindre technologie avancée. Au lieu d’un noyau nickel-fer, les principaux métaux qu’on y trouve sont mauvais conducteurs et ont une faible densité. Cela explique pourquoi la pesanteur est si faible. La roche, autant qu’on puisse juger sans disposer du matériel complexe nécessaire que nous ne pouvons pas fabriquer non plus, contient beaucoup de silicates mais a une faible teneur en minerais métallifères. Les métaux seront toujours rares ici… terriblement rares. […] Cette planète ne semble convenir à une économie rurale que de façon marginale […] Sa couverture forestière, seule, la protège contre une érosion massive. Aussi devons-nous exploiter le bois avec la plus extrême prudence et préserver les forêts, car elles constituent une sauvegarde.

[Moray, responsable des colons du vaisseau perdu (in La planète aux vents de folie).]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article